mercredi 22 mai 2013

La CGT s'insurge contre le groupement d'employeurs GEL-D2L et remet en question la Loi Cherpion


La CGT de la plateforme logiste d'Easydis Cholet dénonce le portage salarial du groupe de  groupement d'employeurs GEL -D2L, pour empêche le recours à l'embauche directe. 
Easydis est la filiale logistique du groupe Casino dédiée à l’entreposage des marchandises, à la préparation de commande et à la livraison des magasins de la plupart des enseignes du groupe. Elle compte un effectif de 3600 salariés.
Pour rappel, le groupe de  groupements d'employeurs GEL - D2L, spécialisé dans la logistique, annonce environ 700 salariés en portage répartis sur 22 groupements à travers toute la France. 

Une situation qui amène des organisations syndicales à remettre en question la Loi Cherpion qui a été votée par la précédente majorité sans qu'un accord national paritaire n'ait pu être préalablement  trouvé sur les groupements d'employeurs.

Une question qui reviendra tôt ou tard sur la table des négociations nationales  ....


Ci-après extraits du  trac diffusé par la CGT le 19 avril dernier et qui témoigne de cette situation:





LE GROUPEMENT D’EMPLOYEURS 
LOGISTIQUE : UN OUTIL A L’ENCONTRE DES 
EMBAUCHES 


Ce n’est un secret pour personne, les autorisations d’embauches au niveau 
d’Easydis sont bloquées et personne ne peut faire l’impasse sur le sous effectif 
permanent, vécu au quotidien dans notre établissement. 
C’est probablement pour cette raison que la direction a fait entrer sur notre 
site le Groupement d’Employeurs Logistique (GEL). 
Cela concerne 4 salariés à Easydis Cholet. 

Objet des Groupements d’Employeurs (GE) :
La loi du 25 juillet 1985 a permis le regroupement de petites entreprises en 
vue de favoriser l’embauche. Ces GE se donnent pour objet de mettre à disposition 
de leurs adhérents une main d’œuvre dont le groupement reste l’employeur, dans le 
cadre d’opérations à but non lucratif. 
Tel est au départ la définition du GE. 
Depuis 1985, plusieurs lois ont assoupli et allégé les procédures de 
constitution des GE et ce, à chaque fois, dans un souci de répondre favorablement 
aux attentes des patrons réclamant un droit d’accès plus facile. 
Ce fut le cas de la loi du 28 juillet 2011 qui a supprimé toute condition 
d’effectif. Avant cette loi, l’adhésion d’une entreprise de plus de 300 salariés (c’est 
le cas d’Easydis) à un GE était subordonnée à la conclusion d’un accord collectif de 
travail ou d’un accord d’établissement définissant les garanties accordées aux 
salariés du groupement. Cette condition a été retirée par abrogation. 
Aujourd’hui, une simple information aux instances représentatives du 
personnel suffit. 
En clair, le gouvernement de l’époque a répondu favorablement aux 
« revendications » du MEDEF sur la question du GE. C’est un véritable détournement 
de la loi de juillet 1985. 
Il va s’en dire qu’avec une telle loi, les directions des grandes entreprises 
s’en donnent à cœur joie. C’est le cas, bien évidemment, de Casino qui ne rate 
pas une occasion pour utiliser tous les outils qui lui permet de baisser sa masse 
salariale au sein de ces différents établissements. 
Cela est d’autant plus vrai dans une situation où l’embauche à statut Easydis 
est bloquée.... 

....Pour la CGT, l’appel au GEL va à l’encontre des embauches. 
Après l’intérim, les contrats de professionnalisation,…, la direction a fait un 
nouveau pas dans la précarité avec l’utilisation de salariés dépendant du GEL. 
Cela est d’autant plus regrettable que la situation des salariés mis à disposition 
dans le GEL est difficile. 

L’objectif du groupement est de « satisfaire les besoins en main d’œuvre 
d’entreprises qui ne pourraient pas employer seule un salarié à temps plein ». 
Or, sur le site d’Easydis Cholet, nous avons 4 salariés du GEL qui travaillent 
à temps plein et exclusivement pour Easydis Cholet tout au long de l’année. 

Pour conclure, l’adhésion au GEL n’est qu’une forme détournée de recourir à 
des ressources sous-payées pour couvrir les besoins de salariés à statut Easydis. 
La CGT continue, plus que jamais, à revendiquer de véritables 
embauches à statut Easydis. 

Cholet, le 19 Avril 2013

8 commentaires:

  1. Et voilà encore le GEL qui fait parler de lui.......

    RépondreSupprimer
  2. La loi du 25 juillet 1985 a permis le regroupement de petites entreprises en
    vue de favoriser l’embauche. Ces GE se donnent pour objet de mettre à disposition
    de leurs adhérents une main d’œuvre dont le groupement reste l’employeur, dans le
    cadre d’opérations à but non lucratif. L’objectif du groupement est de « satisfaire les besoins en main d’œuvre
    d’entreprises qui ne pourraient pas employer seule un salarié à temps plein »
    Tel est au départ la définition du GE.
    Que dites vous d' un groupement d'employeur montés par 4 associés qui créent chacun une earl afin de constituer le G.E. Ces 4 entreprises ont toutes la meme activités et les memes salariés, et pour cause, ces 4 sociétés ficitives représentent physiquement UNE entreprise, un meme site.... Bilan 40 C.D.I et 200 CDD saisonnier précaire depuis 3 ans. Un besoin de salariés permanent se fait sentir, mais pourtant aucune embauche C.D.I. supplémentaire, un turn over de folie et du saisonnier présent toutes l' année! ne merritons nous pas que la loi impose de créer des postes permanents ? et je ne vous parle pas des barrieres infranchissable que le ge impose au institutions représentatives du personnel. Aucun acces au bilan financier des earl donc aucune participation aucune négociation de salaire envisageable sur la base de la situation des earl, aucun acces au chiffres sur la production du fruit........ La liste est longue.... Au diable les montages juridiques en faveur des employeur !!!!! Salariés levont nous contre ces montages immorales mais non "illégaux"

    RépondreSupprimer
  3. Le code du travail précise bien qu'un groupement d'employeurs est une association de type loi 1901 qui a pour objet de créer des emploi en CDI en temps PARTAGE !!
    La pratique du GEL, avec ses mises à disposition unique, met en danger la réputation et le sérieux d' autres GE qui œuvrent à la construction d' emplois en CDI partagés !!

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Je trouve aussi que ses contrats sont inadmissible, surtout pour les grosses entreprises.
    Je suis en cdi chez easydis depuis 10 ans, avant la mise en place des contrats gel. Il y a une dizaine de gel et environ 70% d'intérimaire en mains d'œuvre. C'est vraiment de l'arnaque ses contrats. Tout d'abord :
    Un C.E quasi inexistant
    Si la boite ferme. Ils touchent que dalle.
    Pas de prime bénéfice, intéressement etc...
    Ils sont exploiter comme des intérimaires. ( En gros, c'est tu ferme ta g***** et tu fait ce qu'on te dit.)
    Ils déduisent les 5 semaines de vacance sur leurs 13 ème mois.
    Ils ont aucun niveaux qui évolue avec le temps, du coup aucunes chance d'augmenter leurs salaires.
    Pas le droit a la carte casino. Enfin je pourrais continuer pendant longtemps a vous expliquer leurs désavantages.
    Car comparer aux intérimaires, la seule différence c'est qu'ils ont du boulot toute l'année.
    Je comprend pas que la France accepte ses contrats pour des grandes entreprises. Qui sont de faux CDI en vrai.
    Surtout que si ses contrat n'étais pas autoriser easydis et d'autres entreprises aurait de toute façon obliger de prendre en CDI ses employées.
    Ce genre de contrat de travail avantage beaucoup les entreprise et le gouvernement actuel.
    Mais c'est un placebo, les entreprise pourront fermer plus facilement en leurs coutent peu de frais.
    Je vous est dit la vérité sur ce qui se passe a mon usine et j'espère vraiment que ses contrats deviennent illégale. Car sa encourage la délocalisation et les fermeture hâtive d'entreprise.
    a+

    RépondreSupprimer
  5. A fuir comme la peste le GEL !
    jour non travaillé malgres qu'il n y est pas de boulot , pas payé !
    conges sans solde ou obligation de poser des conges payé si il ne vous trouve rien .
    CE inutile car les prix sont identiques sans reduction sur les offres .
    en gros vous faite de l interim mais oublié le complement assedic car CDI !!!
    vous etes traité comme de la merde parfois (en mission) si vous repondez gentillement = fin de mission et donc sans solde jusqu'a reprise ailleur .
    si vous etes en AT a la reprise conges sans solde car ils n auront rien pour vous a votre retour .
    pas de prime sauf apres 3/6 mois d ancienneté , Pendant , la mission , mission fini ancienneté perdu .
    pas de 13eme mois .
    en gros rien quoi ...
    si vous etes desepéré , rester au chomage ! ca paiera tjr plus et vous aurez des conges ! xD .
    ils collectionnent les dossiers de licenciement ou de demission .
    seul avantage , responsable tjr presente , tjr la pour vous malgres qu'elles sont traites pareil ...

    RépondreSupprimer
  6. En plus sur leurs contrats ils n écrivent pas ta véritable mission.. Je traite les factures clients et transporteurs et sur mon contrat il est écrit que je fais de la saisie et de la vérification de données.. Le jour où je démissionne mon statut chez eux est le même qu une jeune de 20 ans lors de sa première expérience..

    RépondreSupprimer
  7. Ayant travaillé à la poste durant 24 mois en CDD on m'a refusé la cdisation. La RH m'a ensuite contacté pour me parler du GEL et qu'à la suite de mon intégration chez eux je pourrais continuer a travailler à la poste...J'ai eu mon rendez-vous avec une représentante du groupe et ais rempli un formulaire, la signature du contrat devrait sur faire la semaine prochaine. Un cdi me permettrait de payer une voiture et autre mais franchement je le sens moyen leur contrat...

    RépondreSupprimer
  8. Ce GEL n'est pas un CDI groupement d'employeurs mais une façon de contourné les loi car lorsque la société utilisatrice n'a plus besoin de vous alors GEL vous trouve une mission très loin ( car il y a une clause de 50 Km sur votre contrat GEL ) pour vous faire craquer et ça a déjà fait ces preuvent.

    RépondreSupprimer